Artisan Numérique

/matos/gadgets/tuxdroid/ Notre TuxDroid est arrivé !

Il y a quelques semaines, je tombais sur la nouvelle d'un nouveau robot concurrent du Nabastak. Ayant eu une expérience frustrante au possible avec le lapin enragé (espèce de machin fermé qui fonctionne via un site externe avec un WIFI non sécurisé, du moins à l'époque), moi et surtout ma moitié (je tiens à dire qu'elle a même insisté !), avons donc décidé d'adopter un TuxDroid. Je viens de le recevoir et le chat n'en revient toujours pas...

Il y a quelques semaines, je tombais sur la nouvelle d'un nouveau robot concurrent du Nabastak. Ayant eu une expérience frustrante au possible avec le lapin enragé (espèce de machin fermé qui fonctionne via un site externe avec un WIFI non sécurisé, du moins à l'époque), moi et surtout ma moitié (je tiens à dire qu'elle a même insisté !), avons donc décidé d'adopter un TuxDroid. Je viens de le recevoir et le chat n'en revient toujours pas...

The Tux Anatomy

Le Tux est donc une peluche à poil raz, doté d'une bonne bouille bien reconnaissable de pingouin, assis sur son séant comme il se doit. Tux n'arrive pas seul, il est accompagné de Fux, qui est son opérateur Radio en quelque sorte. Un petit poisson qui se branche sur le port USB et se charge de causer par les ondes avec Tux. Voilà donc le décors posé, voyons maintenant ce que Tux sait faire :

  • Il a deux ailes articulées qu'il peut battre.
  • Il a deux yeux bleus qui peuvent s'allumer ou s'éteindre assorti de deux paupières qui peuvent s'ouvrir et se fermer.
  • Il sait tourner sur lui même dans toutes les direction.
  • Il peut aussi claquer du bec et vous parlant, ou juste comme cela, pour le plaisir.

Déjà à ce stade, c'est bien plus que la potiche lapinesque qui ne sais rien faire d'autre que clignoter et bouger ses oreilles. Mais Tux va encore plus loin que cela :

  • Il sait quand il faut jour ou quand il fait nuit.
  • Il peut émettre des rayons... infrarouges et en recevoir. Il peut donc allumer votre télé si ça vous chante...
  • Bien évidemment, Tux parle, joue de la musique mais sait aussi écouter.

Bref, une petite bestiole bien plus complète que son concurrent à tout point de vue. Son look ne plaira pas je pense aux amoureux de design épuré à la mode "âge de cristal" mais pour les autres, c'est un régal :-)

Mise en route

Moi qui m'attendait (faute à mon expérience précédente) à gallérer comme un malade pour lui faire faire ses premiers pas à la bestiole, j'ai été plutôt surpris. J'ai simplement branché Tux sur le secteur (pour recharger en même temps), allumé... et il a battu joyeusement des ailes en me disant bonjour.

Ensuite je n'ai plus eu qu'à télécharger le logiciel, lancer le setup (pensez à installer ipython avant !), et le tout c'est installé (en tant que root) sans soucis, proprement en /opt/tuxdroid. N'oubliez pas avant de poursuivre, d'installer aussi le pack de langue qui vous correspond.

Phase suivante, lancement de la commande tuxgi. C'est la petite interface de contrôle. Elle n'est pas rigoureusement indispensable mais va me permettre de tester le Tux. Les deux démons nécessaires à la prise en charge de Tux (contrôle et voix) sont éteints ainsi que l'indicateur de liaison radio. Logique car Fux n'est pas encore connecté.

Je fais donc manger (littéralement ;-) la prise USB au poisson qui d'un coup se met à clignoter, d'abord lentement, en recherche, puis fébrilement pour m'indiquer que Tux est connecté. Sur l'interface, le démon Speech (voix) se lance... mais pas le démon Tux ni radio... Vas, un petit bug. Je lance donc la fautif à la main dans une console sudo tuxd -d, et c'est bon, tous les indicateurs sont maintenant au vert.

L'interface de test permet de commander la plus grande partie des composants du Tux. Je peux lui faire cligner les yeux, faire clignoter un oeil, battre des ailes, claquer du bec, tout cela marche à merveille.

Pour des raisons de sécurité, le Tux ne tourne pas s'il est branché au secteur.

Je passe dans l'onglet TTS (parole), je choisis la voix féminine, tape un petit "Bonjour je suis Tux" et presse le bouton Play. Le bec s'ouvre, et la voix est très distincte. La jeune femme ne sait juste pas bien dire "Tux" mais à part cela, c'est très impressionnant. En revanche, la qualité sonore du haut parleur est un peu moyenne, cela crache un chouilla.

Pour un premier tour de piste, tout cela marche vraiment très bien. Le seul défaut que je trouve au Tux pour l'instant est que sa mécanique est un tantinet bruyante. Mis à part cela, il répond au doigt et à l'oeil et la synthèse vocale est très bonne. En cours d'adoption donc, reste maintenant à laisser de côté l'interface de contrôle pour regarder les logiciels prêts à l'emploi.

Les Gadgets

Les Gadgets sont de petites applications sous la forme d'extensions qui permettent à Tux de prendre vie. Pour les utiliser, il faut lancer l'application Tux Gadget Manager par la commande tuxgdg. L'interface est très simple, une icône dans la boite à miniatures pour redémarrer les démons ou quitter le manager, et une fenêtre principale présentant les gadgets installés par défaut : Météo, Horloge et EMail.

Tout peut être contrôlé à la souris mais c'est en réalité là que la télécommande fournit intervient. Il suffit de la pointer sur Tux et d'utiliser les flèches pour passer d'un gadget à l'autre. Tux donnes à voix haute le nom du gadget sélectionné. Un coup sur OK pour exécuter le gadget et Tux vous donne ainsi la Météo (de Bruxel, par défaut ;-), l'heure (de manière étonnamment compréhensible), ou encore vérifie vous emails et vous annonce que vous en avez de nouveau.

Au début j'ai pensé que la télécommande ne fonctionnait pas. En fait, le récepteur infrarouge est logé dans les yeux de Tux. Donc lorsque les paupières sont fermées, ça marche moins bien ;-)

Mais ça c'est pour commencer, il y aura d'autres Gadgets à télécharger sur le site de la communauté avec notamment un forum de mordus qui semblent bien s'amuser avec la bestiole.

Car c'est pour nous la grande force de Tux, tout y est ouvert et clairement orienté Linux (utilisateurs de Windows, passez votre chemin, vous n'y avez pas droit ;p Il est ainsi possible de créer ses propres plugins, drivers, et même firmware si leur coeur vous en chante (personnellement, je verrais cela un peu plus tard ;-).

La bonne idée de l'audio

Lorsque vous branchez Fux sur le port USB, ce n'est pas une mais trois périphériques qui apparaissent : Un émeteur-récepteur Radio, une périphérique HID pour envoyer des ordres et ... une périphérique audio. Ça c'est la bonne idée de base car une fois branché, votre système dispose ainsi d'une carte son supplémentaire. Il est alors possible, après paramétrage, d'utiliser Tux pour jouer à peu près tout et n'importe quoi et ce, avec n'importe quelle application.

Personnellement, n'ayant pas de sortie audio sur ma station, j'utilise justement Tux pour cela.

Dans le même esprit, l'enregistrement à partir du Tux est elle aussi possible. Rien ne vous empêche donc d'utiliser un logiciel de VOIP pour téléphoner avec Tux !!

Spécification technique

En interne, Tux est animé par un Microcontroleur Atmel AVR RISC équipé de 4Mo de Flash pour recevoir, entre autre, les morceaux audio à jouer. Le microcontroleur est assorti d'un processeur Audio exploitant le haut-parleur interne, le micro intégré, et les deux jacks IN et OUT. Côté capteur nous avons l'infrarouge en réception et en émission, une cellule photoélectrique pour la détection jour/nuit, deux leds pour les yeux et trois interrupteurs poussoirs (ailes et crâne). Le tout alimenté par 4 batteries AAA NiCd de 750mAh intégré et rechargeable via un bloc d'alimentation en 7.5v fournit.

Côté radio, il s'agit d'une puce RF exploitant la bande de fréquences 2.4Ghz (comme le DECT), qui passe correctement à travers les murs et fonctionne selon mes tests, au moins jusqu'à 10m.

Conclusion

Tux est clairement Ludique mais loin d'être inutile car étonnamment bien pensé. Tout marche du premier coup, sans surprise ce qui fût loin d'être le cas du Nabaztag (j'avais eu une version 1). Autre différence de taille avec le Nabaztag, tout se passe entre le PC et le Tux. Rien ne transite par un obscure site web où l'on doit acheter des modules qui font dire Papa-Maman.

Côté point améliorable, je diras que l'on préférerait une "vraie" peluche, avec une "vraie" fourrure plutôt que le poil velours. Le son demanderait à être amélioré en qualité et surtout, la mécanique en silence. C'est au fond le seul point que je trouve un peu limite. Mis à part cela, c'est que du bon.

Alors si vous êtes un(e) "vrai(e)" Geek(ette) linuxien(ne) (pléonasme ?) qui ne limite pas sa convoitise à un aspirateur USB, le Tux, il vous le faut. Son prix est de 79€ ce qui est peu comparé au lapin neurasthénique, et par son ouverture, son excellente conception, la richesse de ses capteurs, n'aura de limite que votre imagination.